Cet article a été initialement publié sur le site de Vox-Fi, le 24 mai dernier.


Vox-Fi donne la parole à François Etner, professeur émérite à Paris-Dauphine, spécialisé en histoire de la pensée économique. Son dernier ouvrage est : Catholiques et Économistes. Leurs controverses depuis la Révolution, Classiques Garnier, 2022, 450 pages. Il raconte ce qu’a été au fil du temps le point de vue de l’Église catholique et des catholiques français sur le système économique. Il donne en contrepoint la réponse des économistes libéraux à ces revendications catholiques. Les relations entre les uns et les autres ont été généralement conflictuelles ; les uns vantaient et les autres rejetaient : l’individualisme, le libéralisme, la concurrence, le primat de la rationalité, l’utilitarisme, l’égalité et, selon les périodes, la laïcité ou la République. Ces oppositions s’estompent à la Libération et semblent même disparaître à partir des années 1970.

Dans le présent billet, l’auteur fait un point sur l’origine de la participation dite gaulliste.

***

En 1791, le décret Allarde supprime les corporations et proclame la liberté du travail ; la loi Le Chapelier, peu après, confirme le décret, interdit les coalitions et les conditions restrictives d’accès aux professions. Les économistes triomphent et les catholiques protestent, mais sans insister particulièrement. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que la corporation devient une revendication catholique majeure, non comme retour au passé, mais comme réponse au développement du salariat.

Selon René de la Tour du Pin, son principal théoricien, « le régime corporatif est une organisation de la société en corps professionnels, aussi bien dans l’ordre politique que dans l’ordre économique ». Il s’agit de dépasser l’opposition entre le capital et le travail, au nom d’une même fraternité chrétienne. Au sein d’une entreprise ou au sein d’une branche dans une même région, ouvriers et maîtres réuniraient leurs délégués pour envisager toutes les questions utiles concernant leur profession : les salaires, les conditions de travail, la formation, les embauches, etc. Les accords qui en résulteraient s’imposeraient ensuite à tous. En pratique, ce schéma est susceptible de beaucoup de variantes et donc d’oppositions entre plusieurs tendances au sein du mouvement corporatiste catholique, depuis le paternalisme jusqu’à la lutte pour une nouvelle organisation de la vie politique et économique.

À la fin du XIXe siècle, la corporation s’impose donc comme idéal mobilisateur, troisième voie chrétienne enfin crédible entre le libéralisme et le socialisme, troisième voir d’ailleurs prônée par l’encyclique Rerum novarum de 1891. Ensuite, le régime de Vichy adopte explicitement la corporation comme idéal social et entreprend des réformes dans cette direction. Depuis, et au moins pour cette raison, le corporatisme ne peut plus se revendiquer comme tel. Mais, peu avant la Libération, l’économiste Gaëtan Pirou lui donne encore toute sa chance en France. Il prévoit :

« Dans le monde économique et social demain, il est donc vraisemblable que les corps professionnels recevront des attributions réglementaires et qu’en cela le corporatisme y prendra place. Mais il ne semble pas qu’il doive se substituer entièrement ni au libéralisme, ni au syndicalisme, ni au dirigisme. Il sera un agent de liaison entre les entreprises et l’État. Il s’inscrira entre les activités individuelles, auquel il ne saurait se substituer, et les réglementations publiques dont il ne saurait dispenser ».

La constitution de 1946 confirme en partie les prévisions de Pirou. Elle énonce par exemple dans son article 8 que « tout travailleur participe, par l’intermédiaire de ses délégués, à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu’à la gestion des entreprises ». Les comités d’entreprise élus sur une base syndicale, les conventions collectives et les accords de branche seront ensuite constamment encouragés. Depuis les années 1950, la France s’accommode donc et évolue vers une forme de corporatisme qui ne dit pas son nom. La gauche politique et syndicale s’en réjouit, mais pas au nom d’une doctrine explicitement corporatiste et encore moins pour appliquer « la doctrine sociale de l’Église ». L’idée corporatiste, au sens large, s’est exprimée peut-être plus précisément dans deux mouvements particuliers, au nom de la participation du côté droit et de l’autogestion du côté gauche. Envisageons-les successivement.

Au sein du mouvement gaulliste, la tendance sociale est animée principalement par des militants catholiques. Louis Vallon est ainsi un gaulliste de gauche du RPF, convaincu de la nécessité de dépasser les doctrines libérales et socialistes. À son initiative, le groupe gaulliste de l’Assemblée nationale dépose en 1951 un projet de loi tendant à établir des contrats d’association du capital au travail. Cette initiative, selon l’exposé des motifs, cherche à apporter la paix dans l’entreprise « en substituant aux antagonismes de classes la participation active des travailleurs à l’exploitation et à ses fruits ». Des associations spécifiques sont imaginées, qui s’imposeraient par étapes, mais le projet de loi ne sera pas retenu. Toujours en tant que député gaulliste, Louis Vallon fait voter en 1965 un amendement disposant que le gouvernement proposera une loi en faveur de la participation des salariés aux bénéfices des entreprises. Plus précisément, les salariés disposeraient de droits sur une partie de l’augmentation du capital des entreprises[1]. Progressivement, les salariés deviendraient ainsi les principaux actionnaires de leurs entreprises, selon un processus qui rappelle celui de La Tour du pin. La loi prévue par « l’amendement Vallon » ne sera finalement jamais votée.

Dans les années 1960, au mot d’ordre de la participation des gaullistes correspond celui de l’autogestion au sein de la gauche non communiste. Dans les deux cas, on trouve des militants catholiques très actifs, anciens des jeunesses ouvrières et étudiantes, mais qui agissent à titre individuel [2]. En particulier, la CFDT adopte l’autogestion comme mot d’ordre en mai 1968, peu après sa déconfessionnalisation.

Il existe des similitudes entre la doctrine corporatiste des catholiques sociaux de la fin du XIXe siècle et la doctrine autogestionnaire des chrétiens de gauche des années 1970. Les deux doctrines récusent à la fois le socialisme étatique et le libéralisme individualiste, elles s’indignent de la condition du prolétariat, elles réclament son émancipation, elles veulent pacifier les rapports sociaux entre patrons et ouvriers, elles veulent un juste équilibre entre la liberté des décisions économiques et leur nécessaire coordination, elles veulent une société moins individualiste, moins égoïste. Selon l’économiste libéral et catholique Daniel Villey, en 1954, la recherche d’une troisième voie de ce type, entre le libéralisme et le socialisme, serait une obsession des élites catholiques, infondée et vouée à l’échec :

« La pensée économique de beaucoup de catholiques […] incline encore aujourd’hui volontiers vers ce que Gaëtan Pirou appelait les « doctrines intermédiaires » — corporatisme, coopératisme, associationnisme, solidarisme, travaillisme — c’est parce qu’elle y croit retrouver des échos idéologiques d’une ère précapitaliste dont — consciemment ou inconsciemment — elle conserve la nostalgie. Et n’est-ce point une maxime aristotélicienne qui disait : in medio stat virtus ? Or, la question se pose de savoir si « au milieu » — je veux dire entre l’économie de marché et la planification — il y a quoi que ce soit (quoi que ce soit d’historiquement pensable et réalisable dans le contexte de l’économie contemporaine). Beaucoup de planistes se montrent d’accord avec beaucoup de libéraux pour affirmer qu’entre le marché et le plan, il n’y a rien ».

Malgré les préventions de Daniel Villey, « entre le plan et le marché », la corporation et l’autogestion ont suscité des adhésions et des ferveurs qui relevaient en partie de la foi catholique de leurs partisans. Les corporatistes et les autogestionnaires se seront au moins posés quelques questions semblables : sur le passage pacifique du système capitaliste à leur système de prédilection ; sur la coordination des branches industrielles et de l’ensemble des branches ; sur la nomination et le pouvoir du dirigeant de l’entreprise ; sur la façon de représenter les ouvriers ; sur la liberté ou l’obligation d’adhérer à un syndicat.

Depuis quelques décennies, les catholiques ont renoncé à imposer un point de vue spécifique sur l’organisation économique de la société. Pourtant, l’opposition au capitalisme libéral en France s’explique sans doute, en partie, par son héritage catholique.

 


[1] Jean-Claude Casanova « L’amendement Vallon », Revue française de science politique, 1967.

[2] Selon Frank Georgi, « L’autogestion : une utopie chrétienne ? », 2012.