Mois : mars 2016

Livres d’alumni : Michel Dollé co-auteur de « Réduire la pauvreté »

Partagez cette page : Michel Dollé (1967) et Denis Clerc signent un essai paru le 10 mars 2016 au éditions Les Petits Matins (et co-édité avec Alternatives Economiques) : « Réduire la pauvreté, un défi à notre portée ». Il pose la situation de la pauvreté en France et propose des actions permettant de relever ce défi. Le livre a été cité et commenté dans l’émission « La librairie de l’éco » sur BFM Business ISBN : 978-2-36383-211-5 200 pages, 14 euros Présentation du livre qui nous a été transmise par l’auteur : Dans une société globalement riche comme la France, la pauvreté fait de la...

Lire la suite

Le premier hackathon organisé par l’ENSAE et Microsoft sur les données de la Croix-Rouge

Partagez cette page : Article initialement publié dans Variances n°54 de mars 2016.   Le hackathon (contraction de « hack » et de « marathon ») dont il est question consistait en un rassemblement de statisticiens étudiants de l’ENSAE pour un marathon d’une trentaine d’heures les conduisant à travailler sur les données de la Croix-Rouge. Cet événement a été organisé par Xavier Dupré (1999) qui nous livre ses impressions dans cet entretien avec la rédaction de Variances.   Xavier Dupré (1999), ingénieur senior chez Microsoft et enseignant vacataire à l’ENSAE            Variances – Xavier, tu as récemment organisé un hackathon avec la Croix-Rouge, Microsoft et l’ENSAE. Peux-tu nous en rappeler le principe et le but ? Xavier Dupré – Le hackathon a réuni 66 élèves de l’ENSAE chez Microsoft sur des problématiques de la Croix-Rouge. Les étudiants ont réfléchi pendant près de trente heures presque ininterrompues sur deux sujets s’appuyant sur les données de cette organisation humanitaire. Les entités organisatrices ont contribué à faire de cet événement un succès et toutes trois y ont trouvé un intérêt commun sans pour autant partager les mêmes motivations. Microsoft a financé l’intégralité de l’événement. Il s’agit pour cette société de promouvoir les technologies qu’elle propose, en communiquant sur l’événement et en offrant gratuitement la technologie à des étudiants susceptibles de l’utiliser une fois diplômés. L’ENSAE a récemment créé une voie data science. Même s’il est inusuel...

Lire la suite

Les investisseurs institutionnels face au changement climatique

Partagez cette page : Joël Prohin (1988), Responsable du Service Gestion actifs compte propre, Direction des Finances, Caisse des Dépôts   Qui, il y a ne serait-ce que deux ans, aurait pensé à associer « finance » et « climat » ? Le réchauffement climatique était certes un sujet médiatisé, mais souvent cantonné à la sphère écologique, loin des préoccupations des investisseurs, focalisés sur la crise grecque ou l’action des banques centrales. Le prix du carbone en Europe avait atteint un plus bas, à moins de 3 € et les horizons du GIEC1 semblaient bien loin des urgences conjoncturelles.   Fin 2015, le panorama a significativement changé COP21 oblige, certes, mais pas seulement. Cet article vise à brosser un tableau de l’attitude des investisseurs institutionnels face au changement climatique, en partant du point de vue d’un acteur français public, la Caisse des dépôts, engagé depuis longtemps sur ces sujets, mais en cherchant aussi à dégager des lignes d’évolution plus générales.   LE « Pourquoi » : LE Volontaire ET LE Contraint   Le volontaire : une prise de conscience graduelle mais profonde   Un consensus scientifique qui infuse la finance   Interrogés sur les principaux risques qui pèsent sur eux, les investisseurs ne citaient pas spontanément le risque climatique. Les risques de marché ou géopolitiques venaient bien avant. Lentement, mais sûrement, le risque climatique est remonté dans la liste....

Lire la suite

Comment financer la transition énergétique ?

Partagez cette page : Alain Grandjean (1980), associé-fondateur de Carbone 4, membre du comité scientifique de la FNH. La COP21 et tous les travaux qu’elle a entraînés, tant dans sa préparation que dans celle des événements qui l’ont précédée et entourée, vont marquer notre histoire collective. L’accord de Paris1 adopté le 10 décembre 2015 par consensus entre 195 pays – un véritable tour de force diplomatique– en est le point d’orgue. Même s’il est, en tant que tel, insuffisant pour endiguer la dérive climatique, il est indéniablement une base de départ pour une transformation accélérée de nos économies vers un monde bas-carbone.     Cet accord intègre et traite les enjeux clefs de la lutte contre le changement climatique. Il fixe un objectif ambitieux de limitation de l’élévation de la température moyenne de la planète (nettement en dessous de 2° par rapport à la température préindustrielle). Il engage les pays à un plafonnement mondial des émissions de gaz à effet de serre dans les meilleurs délais, et à opérer des réductions rapidement par la suite.     Il va falloir d’ici 2050 diviser par plus de deux nos émissions de gaz à effet de serre (GES dans la suite, s’élevant à 50 milliards de tonnes (GT) environ aujourd’hui) dont les deux tiers sont issues de notre consommation d’énergie fossile. A ce jour, les engagements des 187 pays ayant rendu...

Lire la suite

L’acceptabilité sociale des politiques environnementales en France

Partagez cette page : Eléonore Trigano (2009), Ancienne économiste à la Direction Générale de l’Energie et du Climat. Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que son auteur et non les institutions auxquelles il appartient ou a appartenu.   La lutte contre le changement climatique a occupé l’espace médiatique de la fin de l’année 2015 avec la tenue de la COP 21, qui a permis d’aboutir à un accord international sur le sujet. Pourtant, alors que l’année 2015 a été celle de tous les records – record de températures depuis la période préindustrielle, record de concentration de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère – et que l’importance d’agir est plus que jamais d’actualité1, l’acceptabilité sociale des politiques environnementales française ne semble pas acquise. En témoigne la grogne provoquée par la taxe carbone, l’écotaxe poids lourds ou encore, dans une moindre mesure, la circulation alternée. On se souvient également des propos tenus par l’ancien président Nicolas Sarkozy en fin de mandat, considérant que « l’écologie ça suffit » ; et malgré une volonté réaffirmée du gouvernement actuel d’aboutir à un accord international sur le climat, on peut s’interroger sur la priorité accordée à la question écologique au niveau national, particulièrement depuis le départ des ministres Europe écologie – Les verts Ces réactions posent la question de la place réellement accordée par la France à la mise en œuvre de la...

Lire la suite

A propos de Variances.eu

Abonnez-vous à notre newsletter