Les institutions financières publiques ne doivent pas être les albatros de la relance

Cet article a initialement été publié dans la Revue de Confrontations Europe, n°130 – sept-nov 2020 La première réponse à la crise économique a été massive et efficace mais les prêts consentis ne suffiront pas à relancer l’économie réelle. La nécessité d’investir en capital est primordiale. Or, le plan de relance de juillet a, comme l’analyse Laurent Zylberberg, dépecé des projets communautaires emblématiques et réduit à la portion congrue l’outil InvestEU, qui permet pourtant d’impliquer au mieux les acteurs publics. La crise économique actuelle met en évidence un paradoxe, une contradiction et un impératif. Le paradoxe, c’est que la...

Lire la suite